Actualités
Sud Ouest : « Les reclus de Monflanquin (47) veulent récupérer leur château »

Sud Ouest : « Les reclus de Monflanquin (47) veulent récupérer leur château »

Publié le : 15/12/2014 15 décembre déc. 12 2014

Jeudi, les époux Védrines iront devant le tribunal de grande instance pour demander l’annulation de la vente du château familial cédé sous la pression du gourou.

Essorés. Au terme des dix ans passés sous l’emprise crapuleuse du gourou Thierry Tilly, les reclus de Monflanquin sont sortis de leur prison mentale – dans des conditions rocambolesques, à Oxford, en Angleterre, en 2009 -, rincés aussi bien sur le plan psychique que physique et accessoirement sur le plan financier. Dans l’affaire, Charles-Henry et Christine de Védrines sont ceux qui ont laissé le plus de plumes, près de 3,2 millions d’euros, dont un patrimoine considérable parmi lequel « le joyau de la couronne », le château de Martel à Monflanquin, berceau de la famille depuis plusieurs siècles. C’est pour reconquérir ce château « vendu dans leur dos », sous la pression du gourou en janvier 2008, que le couple se présentera jeudi devant le tribunal de grande instance d’Agen, plaidant la nullité de la vente.

Il y a quelques semaines, il apparaissait plus qu’improbable qu’ils puissent espérer un jour récupérer leur bien, qui a d’ailleurs été revendu entre-temps. Mais la donne a considérablement changé depuis un arrêt de la cour d’appel d’Agen rendu le 17 novembre. Celle-ci, dans un dossier attenant à la vente du château de Martel, à savoir la signature d’un contrat exclusif avec un agent immobilier, a jugé nul ce dernier au motif de l’insanité d’esprit des consorts de Védrines au moment de parapher l’acte.

Pas sains d’esprit

L’arrêt est en mesure de faire jurisprudence puisque, jusque-là, si les dommages de la manipulation mentale étaient reconnus sur un plan pénal en vertu de la loi About-Picard, ils ne l’étaient pas sur le plan civil. En creux, cela revient à considérer que tous les actes juridiques commis et signés par les Védrines durant les dix ans où ils furent sous l’emprise de Thierry Tilly sont nuls puisqu’ils n’étaient pas sains d’esprit ! Et cela en dépit de l’insécurité juridique que cela suppose.

Me Picotin, l’avocat des Védrines, ira donc devant le TGI avec cet atout dans la manche pour demander l’annulation de la vente du château et par ricochet celle qui s’en est suivie. Et tant pis si le propriétaire actuel du château n’a jamais été en contact avec les Védrines…

« L’affaire est juridiquement complexe », admet Me Picotin, qui attaquera également le notaire qui s’est chargé de la première vente dans des conditions quelque peu troublantes. Venu dans une étude de Valence-d’Agen pour y signer un contrat de prêt à garantie hypothécaire, le représentant de la famille Védrines en était en effet ressorti avec un acte de vente, après avoir bradé le château pour 460 000 € alors qu’il sera mis en vente plus tard au prix de 1,3 million ! Le rôle du notaire est donc ici dénoncé par les Védrines, qui estiment qu’il a contribué par là à leur préjudice et lui réclament à ce titre 500 000 € de dommages et intérêts.

« Conditions surréalistes »

« Il ne pouvait ignorer notre situation. La presse parlait des reclus de Monflanquin depuis 2003 ! » rappelle Charles-Henry de Védrines, qui, « jamais au grand jamais, » assure-t-il, n’aurait autorisé la cession du château, dont le produit tombera dans l’escarcelle exclusive de Tilly. « J’en ai ignoré la vente jusqu’en 2010 ! » insiste le médecin, forcé à l’âge de la retraite de se réinstaller en libéral pour pouvoir subvenir à ses besoins. Et ce dernier de rappeler « qu’il n’a jamais été question selon lui de vendre le château. Le prêt qui devait être contracté chez le notaire devait l’être justement pour sauver le château ». N’a-t-il jamais signé de papier en ce sens ? « Je pense n’avoir jamais signé de procuration pour cela. Je ne sais plus. On m’a fait signer beaucoup de papiers. Mais j’étais sous emprise. À cette époque, je n’avais plus la notion du temps. On m’a enfermé pendant quinze jours sans avoir à manger. Ma femme a été prise en otage, violentée… Il y avait les menaces de mort… » Me Picotin confirme : « Les pouvoirs des différents membres de la famille ont été obtenus dans des conditions surréalistes. Guillemette de Védrines était quasi aveugle au moment de la signature de l’acte ! »

Aujourd’hui, ce n’est pas la vie de château qui pousse Charles-Henry de Védrines dans ce qu’il appelle « son combat ». « Je m’en fous de vivre dans un château, assure-t-il. Ce château, j’y suis presque né et j’ai envie d’y mourir. Dans son histoire, qui est aussi celle de ma famille, je ne suis qu’un maillon de la chaîne. Je ne veux pas être celui qui l’a rompue. »

Source : Sud Ouest du 15/12/14

Historique

<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.