Actualités
Reclus de Monflanquin: Les aristocrates ruinés ne récupéreront pas leur château

Reclus de Monflanquin: Les aristocrates ruinés ne récupéreront pas leur château

Publié le : 24/09/2015 24 septembre sept. 09 2015

Jeudi 9 juillet, le tribunal de grande instance d’Agen s’est penché sur une affaire peu banale, la demande d’annulation de la famille de Védrines pour la vente de leur château Martel, situé à Monflanquin, dans le Lot-et-Garonne, faisant valoir qu’ils étaient alors sous l’emprise de Thierry Tilly.

La vente est annulée mais le château ne leur est pas restitué
Ce jeudi le tribunal a certes jugé que la vente de leur bien à une société civile immobilière (SCI) toulousaine n’était pas valide car la famille de Védrines était à l’époque de la signature, en 2008, manipulée par Thierry Tilly. Mais, le château a entre-temps été revendu et les juges ont estimé que cette transaction avait, elle, été effectuée légalement et en toute bonne foi par l’actuelle propriétaire, qui peut donc continuer à en jouir.

Thierry Tilly et son complice Jacques Gonzalez ont été reconnus coupable en 2012 (et en 2013 en appel) d’avoir manipulé et ruiné onze membres de cette famille. Thierry Tilly a été condamné en juin 2013 à dix ans de prison par la Cour d’appel de Bordeaux, qui a notamment reconnu l’abus de faiblesse. Entre 2001 et 2009, ils les ont spoliés de 4,5 millions d’euros, utilisant divers stratagèmes et allant jusqu’à la séquestration et la maltraitance.

« Ce qui est positif, c’est que l’insanité d’esprit de mes clients au moment de la transaction a été reconnue au civil, ce qui correspond au pénal à un abus de faiblesse. C’est une victoire juridique même si on peut regretter que la seconde vente n’ait pas été annulée. Mes clients auraient ainsi pu récupérer leur château », a commenté maître Daniel Picotin, l’avocat des de Védrines.

Le notaire condamné à verser 200.000 euros à la famille
Les juges ont estimé que c’est le notaire de Valence-d’Agen, dans le Lot-et-Garonne, chargé de la vente, selon eux informé des conditions douteuses dans lesquelles elle se déroulait, qui est responsable de la nullité de la transaction.

Selon le jugement, le notaire a « commis une faute » engageant sa responsabilité civile et a par conséquent été condamné à verser 200.000 euros de dommages et intérêts à la famille de Védrines et 490.000 euros à la société civile immobilière qui avait acheté leur château. L’avocat du notaire, qui peut faire appel, s’est refusé à tout commentaire.

Source : 20 minutes du 24/09/15

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.