Actualités
Reclus de Monflanquin : 10 ans requis contre Tilly, décision rendue le 4 juin

Reclus de Monflanquin : 10 ans requis contre Tilly, décision rendue le 4 juin

Publié le : 25/04/2013 25 avril avr. 04 2013

La peine maximale de dix ans de prison a été requise en appel à Bordeaux contre Thierry Tilly, accusé de vampirisation financière et morale sur une famille du Sud-Ouest.

Le ministère public a requis jeudi devant la Cour d’appel de Bordeaux la peine maximale de dix ans de prison contre Thierry Tilly, qui serait coupable « d’une entreprise de vampirisation financière et morale » à l’encontre d’une famille de notables du Sud-Ouest, totalement ruinés. La Cour a mis son arrêt en délibéré au 4 juin à 14h.

« Ma conviction est intacte quant à la culpabilité de Thierry Tilly et au châtiment » qui doit lui être infligé, a dit l’avocat général Pierre Bellet qui avait déjà requis la même peine lors du premier procès.

Le magistrat, qui a réclamé la plus haute peine de prison encourue par Thierry Tilly, a également demandé à la Cour qu’elle prononce une peine de cinq ans de privation de droits civiques et civils ainsi que l’interdiction définitive de diriger une entreprise commerciale ou artisanale.

« Un mythomane stratégique…un menteur, un vantard, un imposteur »

Il a revanche requis une relaxe partielle pour les faits concernant les deux premières années d’emprise, période qui s’est étalée entre 1999 et 2009, la loi qualifiant la notion de sujétion psychologique étant entrée en vigueur en juin 2001.

« Ce sont des faits exceptionnels » de « vampirisation financière et morale », a-t-il jugé.
Tilly, qui a écopé de huit ans de prison en prison en première instance, est un « mythomane stratégique (…) un menteur, un vantard, un hâbleur, un imposteur ». Un « grand escroc », aussi, qui « exploite les failles psychologiques » de ses victimes, a martelé M. Bellet.

Il use d’une vaste palette de techniques manipulatoires pour mettre « en état d’embrigadement » psychique ses victimes, a poursuivi le magistrat, convoquant les expertises psychiatriques et psychologiques versées au dossier.

Il a d’abord « séduit ses interlocuteurs », les de Védrines, une riche famille du Sud-Ouest, avant de leur distiller le poison d’un « discours récurrent sur un complot franc-maçon, rose-croix, homosexuel, juif », conduisant « onze personnes à croire » en cette machination, a martelé Pierre Bellet.

Dénonçant le « machiavélisme » du prévenu, Pierre Bellet a encore jugé l’état de sujétion psychologique et l’abus de faiblesse caractérisés : Tilly a placé ses victimes en état de « séquestration psychique » pour mieux les séparer de leurs proches et du monde avant de les pousser à se cloîtrer, dans leur demeure de Monflanquin, dans le Lot-et-Garonne, puis en Angleterre, et de les dépouiller progressivement de leurs biens qu’ils ont fini par vendre pour environ 4,5 millions d’euros.

Le tout, principalement à son profit. Car pour Pierre Bellet, Tilly est bien « l’instigateur principal » de cette escroquerie : Jacques Gonzalez, condamné avec lui en première instance à quatre ans de prison mais qui s’est désisté de son appel, n’est que son « faire-valoir ».

Un peu plus tôt, les avocats des parties civiles avaient réclamé la confirmation des sommes allouées en première instance par le tribunal correctionnel de Bordeaux (environ 4,5 millions de préjudice matériel, 505.000 euros de préjudice moral), Me Daniel Picotin, spécialiste des questions d’emprise mentale, épinglant « le désir d’emprise » qui habite Thierry Tilly et sa « capacité à faire du « cousu main » avec ses victimes ».

Tilly « ne mérite pas dix ans » selon son avocat

« Ce procès me fait l’effet d’un procès en sorcellerie », a répliqué le conseil de Tilly, Me Alexandre Novion. Il « est convaincu qu’il va sauver cette famille« . Reprenant la thèse avancée en première instance, il a soutenu que « l’instigateur », c’est au contraire Gonzalez.

Tilly « ne mérite pas dix ans », il n’est qu’un « exécutant », a-t-il encore dit. « Ce procès ne doit pas être celui du triomphe de la psychologie sur le droit », a encore lancé Alexandre Novion à l’adresse de la Cour.

Invité à s’exprimer à la fin du procès, Thierry Tilly, plus que prolixe à l’ouverture des débats lundi, a sobrement signifié qu’il s’en tenait « aux propos de (son) avocat et à la confiance que j’ai placée en lui ».

Source : Sud Ouest du 25/04/13

Historique

<< < ... 28 29 30 31 32 33 34 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
Chers Clients, Chères Clientes,

A la suite des annonces gouvernementales et du nouveau confinement, nous vous informons que le cabinet reste ouvert de sorte que le suivi des dossiers est assuré.

Les rendez-vous physiques sont suspendus mais nous maintenons les rendez-vous téléphoniques ou par visioconférence (Skype, WhatsApp, Zoom).

Nous vous invitons à nous contacter par email (picotin.d@wanadoo.fr) ou par téléphone (05.56.48.66.00) pour tout renseignements complémentaires.

Prenez soin de vous et de vos proches.

Ok