Actualités
Listrac-Médoc (33) : le magnétiseur libertin condamné par la justice

Listrac-Médoc (33) : le magnétiseur libertin condamné par la justice

Publié le : 14/12/2012 14 décembre déc. 12 2012

Dans le « donjon » de la villa Panthère, l’ancien gérant était aussi magnétiseur. Il a été condamné à quatre mois ferme pour exercice illégal de la médecine.

Ancien gérant du club libertin la Villa Panthère à Listrac-Médoc, en Gironde, Me Ilario, alias Philippe Lamy, avait plus d’une corde à son arc. Mais ses multiples talents l’ont conduit hier devant la quatrième chambre du tribunal correctionnel de Bordeaux. Il était poursuivi pour exercice illégal de la médecine.

Car le libertin adepte des tenues gothiques, cheveux longs noirs et bracelets en cuir (noirs itou) s’était aussi lancé dans l’activité de magnétiseur. « Un don que je tiens de mon père », a-t-il déclaré à la barre. Pour rencontrer ses clients, Me Ilario pouvait compter sur le réseau que lui procurait son activité nocturne. Ainsi, rencontré au cours d’une soirée médocaine, un publicitaire le mit en contact avec un viticulteur résidant dans un château des environs. Atteint d’un cancer, le vieil homme s’en remit pendant quelques jours à ses conseils.

Aujourd’hui décédé, l’homme avait eu le temps de témoigner devant les gendarmes. Il avait notamment expliqué que Philippe Lamy lui avait recommandé d’abandonner sa chimiothérapie car il ne souffrait pas d’un cancer « mais d’une entité qui vous veut du mal ». Ce que le prévenu réfute à la barre. Pourtant, après une rapide visite des lieux, Me Ilario découvrait que le château est hanté. « Il y avait un esprit », assure-t-il. Et le maître ne recule devant aucun effet spectaculaire. Ainsi, touchant le frigo, il faisait apparaître une médaille devant un public médusé.

« Pour lui, le mal vient d’entités, c’est sa croyance. Quand on intervient sur des entités, on ne fait pas de la médecine », tente son avocate, Me Carrera.

Quinze jours d’hôpital

Mais, pour intervenir sur des entités, l’homme recommandait également des gélules préalablement magnétisées par ses soins, censées guérir tous les maux. Des compléments alimentaires que le magnétiseur avait une telle facilité à écouler que le laboratoire qui les produit avait même proposé un pourcentage sur les ventes.

L’homme ne rechignait pas à utiliser des bougies brûlées à Lourdes, où il avait avoué se rendre de manière « astrale » devant les gendarmes, avant de se rétracter au cours de l’audience.

« Tout le Médoc en a bouffé par kilos, de vos gélules », lance Me Picotin pour les parties civiles. Les consultations (entre 50 et 100 euros) se faisaient régulièrement dans la Villa Panthère. Chez l’une des victimes souffrant d’une maladie chronique, il décèle « un caillot dans le sang ». « Il m’a fait monter dans le donjon de la villa, la partie réservée aux pratiques sado-maso. Il a passé sa main sur mon épaule, puis ses mains étaient couvertes d’un liquide rouge. Il m’a dit que c’était le caillot. J’étais subjuguée par le personnage. Il me disait qu’il était Dieu », explique-t-elle à la barre. Après avoir abandonné son traitement, remplacé par les gélules miracle, la femme devra être hospitalisée pendant quinze jours…

« Des illuminés qui utilisent des gélules et des bagues trafiquées pour faire jaillir le sang, on en voit, mais demander aux malades d’abandonner en plus leur traitement, c’est un cran au-dessus », tonne Me Daniel Picotin. « On essaie de lui nuire parce qu’il dérange par son style de vie, on lui reproche d’être libertin », plaide son avocate. « Un complot, pour une histoire de cul qui a mal tourné », résume pour sa part l’intéressé, relevant également qu’une première plainte avait été déposée par un pharmacien qui avait peu goûté de voir sa femme devenir l’une de ses clientes. Et qu’il la soupçonnait par ailleurs d’avoir fait un gros chèque à Me Ilario !

Le tribunal présidé par Caroline Baret n’a pas été sensible à la théorie du complot, pas plus qu’à celle des aveux extorqués en garde à vue. Face aux multiples témoignages concordants, il a condamné le magnétiseur à dix-huit mois de prison, dont quatre ferme.

Source  : Sud Ouest du 14/12/12

Historique

<< < ... 30 31 32 33 34 35 36 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
Chers Clients, Chères Clientes,

A la suite des annonces gouvernementales et du nouveau confinement, nous vous informons que le cabinet reste ouvert de sorte que le suivi des dossiers est assuré.

Les rendez-vous physiques sont suspendus mais nous maintenons les rendez-vous téléphoniques ou par visioconférence (Skype, WhatsApp, Zoom).

Nous vous invitons à nous contacter par email (picotin.d@wanadoo.fr) ou par téléphone (05.56.48.66.00) pour tout renseignements complémentaires.

Prenez soin de vous et de vos proches.

Ok