Actualités
Gironde: 4 mois ferme pour un « magnétiseur » charismatique et un peu gourou

Gironde: 4 mois ferme pour un « magnétiseur » charismatique et un peu gourou

Publié le : 14/12/2012 14 décembre déc. 12 2012

Un « magnétiseur » de 37 ans, qui prodiguait manipulations, incantations et compléments alimentaires à des patients « subjugués » par son charisme, a été condamné jeudi à quatre mois de prison ferme pour exercice illégal de la médecine, dans un procès mêlant charlatanisme et accents quasi-sectaires dans le Médoc.

Philippe Lamy, qui s’est défini comme « un magnétiseur, pas un médecin » a été condamné par le tribunal correctionnel de Bordeaux, pour une activité prodiguée entre 2008 et fin 2009, à domicile ou dans un club échangiste de Listrac-Médoc, dont il était, par ailleurs, fondateur et animateur.

Selon un modus operandi décrit par des témoins mais que Lamy a en partie nié à l’audience, celui qui se faisait appeler « Maître Ilario » avait une large palette d’interventions: il apposait les mains, « désenvoutait » des lieux habités « d’entités », faisait brûler des bougies, et exerçait sur certains une manipulation mentale, décrite a l’audience comme évoquant par quelques aspects « des délits sectaires ».

Il fournissait aussi des gélules « magnétisées », qui étaient en fait des compléments alimentaires obtenus via un laboratoire niortais. Il en aurait commandé pour plusieurs dizaines de milliers d’euros, gagnant au passage plus de 8.500 euros de commissions.

« Plus grave » pour Me Daniel Picotin avocat de deux ‘patientes’ constituées parties civiles, Lamy aurait conseillé de cesser des traitements conventionnels, tels une chimiothérapie, « une bêtise, une inconscience, une folie, qu’au moins certains charlatans » comme le prévenu « n’ont pas ».

Son avocate Jessica Carreras, du cabinet marseillais Collard, a dénoncé un procès fait à son client pour « s’habiller en ‘gothique’, porter les cheveux longs, participer au libertinage dans la région. Il dérange ». Elle a demandé la relaxe.

Le procureur Dominique Chevallier, évoquant des victimes « bien plus nombreuses que celles qui se sont fait connaître », a requis 18 mois de prison avec sursis.

Le tribunal a condamné Lamy à 18 mois dont 14 avec sursis, et 3 ans de mise à l’épreuve. Un juge d’application des peines des Pyrénées-Orientales, où il réside actuellement, décidera d’un éventuel aménagement des quatre mois ferme.

Il a été condamné a verser 6.200 euros de dommages et intérêts répartis entre trois « patientes » parties civiles, et un euro au Conseil de l’Ordre des médecins.

Source : Charente Libre du 14/12/12

Historique

<< < ... 30 31 32 33 34 35 36 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.