Actualités

Compte-rendu de la Conférence du jeudi 12 juin 2014 à Bordeaux

Publié le : 12/06/2014 12 juin juin 06 2014

C’est devant une assistance nombreuse et attentive  qu’a commencé, à 19 heures,  la conférence  organisée par Info Sectes Aquitaine sur le thème des ravages des faux souvenirs « retrouvés » en thérapie.

La salle de l’Athénée municipal de Bordeaux était bien pleine, mais à la suite d’un incident technique, les participants ont du évacuer les lieux.  Cela s’est passé dans le calme et ils se sont tous retrouvés sur la place Jean Moulin, en attendant qu’un nouveau lieu soit trouvé.



Finalement, les organisateurs  ont trouvé une solution au pied levé et la conférence a pu se poursuivre sans autre incident dans la salle de conférence d’un hôtel proche. L’auditoire était encore au complet et il est resté attentif jusqu’à 22 heures 30 !

Maitre Daniel Picotin, Président d’Info Sectes Aquitaine, a introduit Brigitte Axelrad, professeur de philosophie et de psychosociologie, membre de l’Observatoire Zététique de Grenoble et du Comité de rédaction de la revue Science et pseudosciences de l’AFIS (Association Française pour l’Information Scientifique), qui a traité le sujet des ravages des faux souvenirs induits.

Les ravages des faux souvenirs sont engendrés par les thérapies dites de la mémoire retrouvée (TMR). Ils sont apparus dans les années 1970-80 aux États-Unis, avant de régresser fortement grâce à l’information scientifique apportée aux professionnels de santé, au milieu judiciaire  et aux médias et à la réaction des familles contre ces thérapeutes au début des années 2000. Malheureusement la France, avec environ dix ans de retard, est de plus en plus touchée par ce phénomène.

 Les thérapies dites de « la mémoire retrouvée »

Les thérapies de la « mémoire retrouvée » ont pour objectif de faire retrouver des souvenirs refoulés d’abus sexuels, qui seraient survenus dans l’enfance 20 à 30 ans auparavant  et qui seraient la cause des troubles actuels de la patiente (dépression, anorexie, boulimie…). Les thérapeutes des TMR s’appuient sur des techniques variées de suggestion, telles que l’hypnose, l’interprétation des rêves, la canalisation, les interrogatoires répétitifs…  

Les thérapeutes qui pratiquent ce genre de thérapies sont parfois autoproclamés, mais parfois aussi des personnels de santé (infirmiers, kinésithérapeutes…) ou encore des psychologues, des psychiatres, ou des psychanalystes.



Une manipulation basée sur la dépendance au thérapeute

Les victimes sont en majorité des femmes, ayant très souvent fait des études universitaires, issues de familles de cadres moyens, enseignants, professions libérales, comme le soulignera la conférencière. Ces patients ont l’impression de trouver dans ces thérapies régressives une explication à leur mal-être. Alors même qu’ils croient être libres, ils sont en réalité devenus dépendants de leur thérapeute.

Désirant guérir, le patient en thérapie échappe difficilement à la suggestion. Il rompt rapidement avec sa famille et son entourage, surtout lorsqu’il y a accusation d’inceste d’un parent, père ou grand-père. Cela conduit à l’éclatement  et souvent à la destruction de la famille. Après 10, 20, 30 années écoulées entre le souvenir retrouvé et l’évènement incriminé, la preuve de l’abus est quasiment impossible à trouver et la croyance en l’abus peut être non fondée.

Il ne s’agit pas de nier l’existence des abus sexuels avérés. La lutte contre ceux qui les commettent doit être sans merci. Mais c’est seulement si l’on différencie les deux problèmes, que l’on pourra lutter efficacement contre l’un et contre l’autre.

L’intervention du Docteur Alain Sauteraud, psychiatre à Bordeaux.

Son exposé très brillant et très vivant a porté sur le thème : « L’effet « prise en charge » est la clef de voûte de l’emprise psychologique. ».  

Le débat

L’intervention a suscité de nombreux échanges avec l’assistance. On a noté la présence de la Vice- Présidente du Conseil de l’Ordre régional des médecins, la Présidente de l’Agence Régionale de Santé (ARS) et de plusieurs médecins généralistes.

Des parents victimes ainsi que d’anciens patients victimes des TMR se sont aussi exprimés. Ils ont notamment évoqué la position des juges aux affaires familiales qui refusent aux grands-parents le droit de visite à leurs petits enfants. L’heure tardive n’a pas rebuté les auditeurs qui sont restés jusqu’à la fin.



Brigitte Axelrad en discussion avec Michèle Daut,  Vice-Présidente du Conseil de l’Ordre des Médecins d’Aquitaine

Historique

<< < ... 23 24 25 26 27 28 29 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.