Le procès de Thierry Tilly, « gourou » ou simple escroc présumé, a commencé ce lundi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux.

Le procès de Thierry Tilly a commencé lundi devant le tribunal de Bordeaux, en présence de la famille de Védrines, les « reclus de Monflanquin ».

Il a persuadé onze membres de cette famille pendant près de dix ans de se couper du monde et de vendre à son profit tous leurs biens.

Trois ans après leur « libération » de l’emprise de Thierry Tilly, 48 ans et incarcéré depuis octobre 2009, toute la famille, à l’exception de la grand-mère Guillemette, décédée en 2010 à 97 ans, était présente au tribunal ce lundi : les trois enfants de Guillemette, Ghislaine, Philippe et Charles-Henri, les conjointes de deux frères, Brigitte et Christine, et cinq petits-enfants tous largement majeurs.

Face à eux, Thierry Tilly, un petit homme en polo noir et lunettes sans monture et déférent avec la présidente Marie-Elisabeth Bancal, de toute façon manifestement décidée à ne pas se laisser dépasser par la verve du prévenu.

Thierry Tilly a évoqué sa vie, prétendant descendre des Habsbourg, avec une grand-mère communiste qui « tenait salon » avec Georges Marchais et François Mitterrand. Au passage, il se dit catholique et désigne les de Védrines, des protestants, par un méprisant « ça ».

Thierry Tilly a d’incontestables talents de psychologue. « Capable de percer les failles de ses interlocuteurs et de s’y engouffrer », jugeait Sud Ouest ce lundi.

Source : Sud Ouest du 24/09/12