L’enjeu du délibéré de l’affaire qui se nomme fréquemment  » les reclus de Monflanquin  » est double : outre l’issue du procès pour une éventuelle condamnation pénale du supposé manipulateur mental Thierry Tilly, il s’agit aussi de la possible étude d’une législation plus adaptée à ce délit de la manipulation mentale. Et plus largement, une issue du combat contre la manipulation mentale au sein de certaines sectes.

Maître Daniel Picotin, avocat de Charles-Henry de Védrines et de ses proches, dans l’affaire dont l’issue sera prononcée demain, en est à plaider dans cinq du même type en un an.

Hold-up mental comme délit autonome

L’avocat, également président d’Infosectes Aquitaine et ancien député de la Gironde, alerte sur la gravité du sujet :  » Les victimes de manipulation mentale subissent un véritable hold-up de leur cerveau « , tout en insistant sur les lourdes conséquences psychiques et traumatisantes, et les longues années pour s’en remettre, le cerveau étant alors comme  » mis en jachère « . Il suggère une révision de la législation en la matière. Car, même le procureur Pierre Bellet a reconnu dans son réquisitoire que le parquet de Bordeaux était démuni. A l’occasion de cette affaire et de sa médiatisation, Maître Picotin a présenté à la ministre Michèle Delaunay son manifeste pour une nouvelle législation, demandée à être également transmis à Christiane Taubira, Garde des Sceaux. Les lois actuelles sont inadaptées pour l’avocat spécialisé dans le phénomène : «  Il faut que la victime porte plainte elle-même avec la législation en vigueur. Et le temps qu’elle soit libérée de l’emprise mentale, appelée ‘ sujétion psychologique ‘ dans le jargon juridique, et c’est souvent trop tard. Leur patrimoine est alors déjà comme ‘ volé ‘, jusqu’au dernier euro « . Dans l’affaire De Védrines, il assure que  » si la législation avait été adaptée dès 2002, la famille victime aurait perdu environ 1 million d’euros, au lieu de voler 10 ans de leur vie et 5 millions à ce jour « . Ndlr : le château Martel a été vendu en juin 2008 pour 460 000 euros seulement. Ce sera d’ailleurs l’étape judiciaire suivante au tribunal d’Agen pour l’avocat et ses clients.

Pour un comité d’experts

Et les affaires de ce type que Maître Picotin a eu à plaider se sont multipliées : 5 en un an, montrent bien que le sujet est un fléau, où certains puisent leur ignoble talent pour  » prendre possession du cerveau d’autrui et conduire à des massacres parfois irréversibles « . Comme ce jeune se disant venir d’une planète nommée Syrius, et justifiant ainsi ses manipulations diverses et variées envers sa copine, jusqu’à l’abuser sexuellement. Luttant contre la politique de l’autruche mais refusant aussi tout amalgame facile :  » Les sectes sont un fait social, mais dans le phénomène des sectes, il y a la manipulation mentale ! «  L’avocat propose ainsi, pour lutter contre la réponse actuelle de la justice qui est  » ils sont majeurs, ils font ce qu’ils veulent « , que l’on aille un peu plus loin que cette loi de l’abus de faiblesse du 12 juin 2001. Soit non seulement donner les moyens aux victimes d’être défendues à temps, mais aussi les moyens à la justice de prouver cette nécessité en désignant un comité d’experts médicaux (de compétences adaptées) près les tribunaux, et de pouvoir prononcer une mesure de sauvegarde devant le juge des majeurs protégés, en gelant leurs avoirs.

Délibéré du jugement demain mardi 12 octobre, dès 9h au tribunal de Bordeaux.

COMPLEMENT D’INFO : le tribunal a condamné mardi 13 novembre Thierry Tilly, 48 ans, déjà en détention depuis octobre 2009, à 8 ans de prison pour abus de faiblesse. Son complice Jacques Gonzalez, 65 ans, libre et malade, a été condamné à quatre ans de prison. Et à 5 ans de privation de ses droits civils et civiques pour tous les deux.

Source :gibowi.fr