Actualités

Bordeaux : sectes et radicalisation en débat – Le congrès international de l’ICSA se tient à partir de ce mercredi

0
_

C’est une première à Bordeaux, et même en France, selon ses organisateurs : un congrès international consacré au thème « Dynamiques sectaires et radicalisation »se tient d’aujourd’hui à samedi dans la capitale girondine.

Organisé par l’ICSA (International Cultic Studies Association), association américaine qui travaille depuis 1979 sur la manipulation psychologique, Info Sectes Montréal et la Société française de recherche et d’analyse de l’emprise mentale (SFRAEM), ce congrès réunit 158 conférenciers du monde entier. Des chercheurs, des spécialistes de la santé mentale, des avocats anglais, américains, japonais, français, chinois ou encore pakistanais.

L’expérience mondiale

« À l’époque où la France tâtonne encore beaucoup sur la déradicalisation, il est important de se nourrir de l’expérience mondiale, de ce qu’il se fait ailleurs », explique Daniel Picotin, avocat et président de la SFRAEM, qui milite depuis plusieurs décennies contre les sectes et la manipulation mentale. Il fait partie de ceux qui ont importé en France l’« exit counseling  » (conseil en sortie d’emprise mentale), méthode américaine qui avait été employée dans l’affaire des reclus de Monflanquin.

« L’idée de l’ICSA est d’organiser des rencontres ouvertes à toutes les disciplines afin d’élargir le chemin de pensée, la vision du phénomène », précise Michael Kropveld, membre du réseau américain et fondateur d’Info Sectes Montréal. « L’étude du phénomène sectaire, sur laquelle on observe des développements encourageants en Europe, peut aider à comprendre et à lutter contre celui de la radicalisation », pense Michael Langone, psychologue clinicien américain et directeur général de l’ICSA.

Au programme, de nombreuses conférences, hélas non ouvertes au public. Citons par exemple celle intitulée « Les raisons religieuses et séculières du radicalisme islamiste », animée par Tareq Oubrou. Un moment est ouvert à tous et gratuit : un ciné-débat avec la projection du film canadien « Deprogrammed », jeudi à 20 heures, à l’Athénée municipal.

Source : Sud Ouest du 28/06/17

Rencontre avec Daniel Picotin à Bordeaux

0

Daniel Picotin sera l’invité du MoDem Gironde, dans le cadre des cycles de rencontres animées par Estelle Gentilleau, Conseillère municipale déléguée de la ville de Bordeaux.

Cette rencontre se tiendra le lundi 8 février à 19h30 à la permanence du MoDem Gironde, 58 rue Judaïque à Bordeaux.

Sud Ouest : « j’ai été victime d’une enquête à charge »

0

RTL18.12

Cliquez-ici pour retrouver l’article

Rapport 2013/2014 de la Miviludes au Premier ministre

0

Primordiale dans la conduite de l’action de la Miviludes, L’Emprise mentale au cœur de la dérive sectaire est l’objet d’une synthèse des contributions au colloque organisé à son initiative à l’automne 2013. Autre sujet d’étude, dont on mesure chaque jour l’actualité : l’usage d’Internet comme vecteur de propagation de la pensée extrême. Ainsi le rapport contribue à mettre en évidence les ravages du complotisme, dont Internet est devenu le principal support.

Le rapport s’ouvre sur une étude du Professeur Gérald Bronner, spécialiste de sociologie cognitive, qui travaille depuis plusieurs années sur l’univers des croyances. L’approche sociologique des croyances radicales amplifiées par l’utilisation d’Internet permet de comprendre les mécanismes d’adhésion à un discours radical.

Suit une étude approfondie, réalisée par les conseillers de la Mission, sur la résurgence des mouvances New Age sur les sites et les blogs. Elle démontre la redoutable utilisation des technologies modernes par les promoteurs de croyances ésotériques qui peuvent conduire leurs adeptes à des dérives dangereuses pour eux-mêmes et leur entourage. De l’analyse de ces discours foisonnants se dégagent des thèmes qu’il faut savoir repérer. Ce travail se prolongera par l’analyse d’autres types de discours véhiculés sur la toile qu’il est urgent de cerner.

Le rapport rend compte de l’activité de la Miviludes qui se partage entre le traitement des nombreux signalements qui lui sont transmis (quelques 2 400 cas signalés en 2013), majoritairement dans le domaine de la santé ; la formation des agents publics (magistrats, personnels judiciaires, policiers et gendarmes, cadres de santé publique…). Depuis 2014, à la demande du Gouvernement, la Miviludes assure la formation des fonctionnaires chargés de suivre les familles touchées par la radicalisation (à ce jour plus de 1 500 agents publics ont été formés).

Enfin, les contributions des ministères concernés par la lutte contre les dérives sectaires complètent l’information sur l’action des pouvoirs dans ce domaine.

Voir le document

Conférence – « Manipulation et Emprise mentale, Fléau social mal connu !  » – St-Ciers (15/11/14)

0

Invitation

Conférence – Réseau d’aide contre la manipulation (Udine le 08/11/14)

0

locandina rete di aiuto

Rendez-vous : Conférence « le Gouvernement – Droits de l’Homme et le phénomène des sectes »

2

DP

Rendez-vous : lundi 28 avril 2014 à Blaye

0
Lundi soir, Me Daniel Picotin sera au Zoétrope, à Blaye, afin d’animer un débat sur le thème « Manipulation et emprise mentales ».
Auparavant, un film américain sur l’univers des sectes, « Martha Marcy May Marlene » sera projeté, dès 20 heures. 

Montmorillon. Une famille se déchire en justice pour savoir ce qu’il faut faire des cendres de la grand-mère morte en mars 2013 : les inhumer ou les disperser ?

0
Pic1Que voulait vraiment Irène ? Cette ancienne commerçante de la place de Montmorillon est morte en mars dernier. Elle avait 85 ans quand elle s’est éteinte à la Résidence d’Or, la maison de retraite. Le repos éternel de cette femme est troublé par les échos d’une bataille familiale qui fait rage depuis l’annonce de son décès.
Date butoir
La famille se dispute depuis cette date sur la nature des obsèques à lui consacrer. Elles sont purement et simplement bloquées. Et leur organisation est entre les mains de la justice qui doit absolument, c’est la loi, se prononcer avant la date du premier anniversaire de la mort.
  »  On se met des œillères !  »
Le juge va devoir trancher entre deux options : l’inhumation des cendres de la défunte dans le caveau où repose déjà son mari et qu’ils avaient acheté du temps de leur vivant ou la dispersion des cendres dans un jardin du souvenir.
Ces deux options sont la ligne de fracture qui partage la famille en deux camps. La défunte avait son idée sur la question.
Opposition
Mais elle en a changé alors qu’elle n’était plus forcément pleinement en capacité de le faire. Placée sous curatelle en 2008, puis sous tutelle, l’octogénaire avait été éprouvée par le décès de son mari puis par celui de son fils. Elle était dès lors encadrée pour procéder à un certain nombre d’actes administratifs et financiers.
« Elle avait décidé en septembre 1993, avec son époux, d’acheter une concession perpétuelle (1) », explique Me Amandine Frangeul, l’avocate de la petite-fille d’Irène.« Ils souhaitaient être réunis après leur décès et être inhumés ensemble. »
Après le décès d’Irène, trois ans après celui de son mari, rien ne se passe comme prévu. Le corps de l’octogénaire s’apprête à être dirigé vers la faculté de Médecine de Poitiers. La défunte voulait faire le don de son corps à la science. La petite-fille s’y oppose.
Libre du devenir de son corps ?
Le corps ne fera pas l’objet de prélèvements à titre médical. Mais il fera l’objet d’une crémation. « Je ne peux même pas confirmer aujourd’hui qui a pris cette décision »,indique Me Frangeul.
L’urne est conservée par les pompes funèbres. Que faut-il en faire ? « Elle doit être inhumée », assure l’avocate de la petite-fille. « C’était la volonté qu’elle avait exprimée lors de l’achat de la concession avec son mari. Le testament de mai 2012 qu’on nous présente n’a pas de valeur. Elle n’avait plus ses facultés mentales au moment où elle l’a rédigé et il n’est pas conforme, ni sur le fond, ni sur la forme. »
Tous au courant
Dans ce testament, Irène se prononçait pour le don de son corps à la science puis la dispersion de ses cendres. « Pour le don du corps, il ne peut plus en être question »,relève Me Daniel Picotin, avocat de la fille de la défunte. « Nous demandons en revanche la dispersion des cendres dans un jardin du souvenir. Ses volontés, tout le monde les connaissait : son médecin, la maison de retraite, des proches, des amis…
Délibéré le 25 mars
Le juge des tutelles a même dit qu’une personne sous curatelle pouvait choisir seule ce qu’elle souhaitait. On se met des œillères. On refuse de voir qu’elle voulait donner son corps à la science. »
La justice dira le 25 mars prochain où Irène devra désormais reposer. Près de son mari, où dispersée au vent, loin des conflits familiaux.
 (1) Les concessions perpétuelles n’existent plus, a indiqué le président. La durée maximale est de trente ans.
en savoir plus
Des détournements contestés
Si la famille se déchire sur le devenir des cendres, elle se renvoie aussi des accusations de détournement de succession fermement contestées. Elles portent sur les meubles de la défunte et le devenir de son assurance-vie. Un total de 16.000 € est réclamé, à titre de préjudice moral et matériel pour l’affaire de l’urne funéraire et des suspicions de détournements de succession. « On aurait pu demander des dommages et intérêts pour procédure abusive, on ne l’a pas fait », indiquait, de son côté, MePicotin.
repères
Elle peut décider seule… mais
La personne protégée n’est pas une poupée de chiffon, ballottée par les décisions de son tuteur. Les débats sont revenus aux articles 458 et 459 du code Civil. Le premier rappelle qu’un certain nombre d’actes sont strictement personnels. La personne protégée doit les faire seule : déclaration de naissance d’un enfant, actes de l’autorité parentale liés à la personne de l’enfant… L’article 459, lui, dispose que « la personne protégée prend seule les décisions relatives à sa personne dans la mesure où son état le permet ». Le tuteur ne peut pas prendre seul de décision portant gravement atteinte à l’intégrité corporelle ou à l’intimité de la vie privée de la personne protégée.
Source : Nouvelle République

Rendez-vous : Ciné-débat « Manipulation et emprise mentales » à Blaye le 28/04

0

Ciné-débat

Lundi 28 avril 20h00
Cinéma Zoetrope Blaye

Cine debat
Film “Martha May Marlene” de Elizabeth Olsen
Débat animé par les Védrines et Daniel Picotin
“Manipulation et emprise mentales”
Haut de page