Bernard Boumedine est accusé de viols et violences sur sa femme et ses voisins, qu’il aurait maintenus sous son emprise pendant plusieurs mois.

Bernard Boumedine comparaîtra aujourd’hui jusqu’à vendredi devant la cour d’assises de la Gironde, où il devra répondre de viols à l’encontre de sa femme, sa voisine et sa fille, d’agressions sexuelles sur mineurs et de violences sur sa conjointe, sa fille adoptive, le couple de voisins et leur fille.

L’ancien employé de la mairie de Talence (Gironde), licencié à la suite d’exhibitions sexuelles, n’avait pas hésité à s’inventer une biographie vis-à-vis de ses victimes présumées, laissant entendre notamment qu’il était un ancien agent de la DST en mission d’infiltration. « Il a agi en véritable gourou en coupant les victimes de leur environnement habituel pour exercer une véritable emprise mentale sur l’ensemble des parties civiles » résume me Daniel Picotin, l’avocat du couple de voisins. L’accusé n’aurait pas hésité, pour asseoir son emprise, à se présenter comme un « ange » susceptible d’enlever le mal en frappant les personnes pour en faire sortir le diable.

Il nie

Les violences sur le couple auraient été quotidiennes pendant plusieurs mois aux Églisottes-et-Chalaures (Gironde). Les victimes ont déclaré devant les enquêteurs avoir été « lobotomisées » de manière « inexpli- cable » par Bernard Boumedine, qui aurait réussi à imposer ses volontés tyranniques sur ses voisins et sa femme.

Depuis le début de l’instruction, Bernard Boumedine nie les accusations dont il fait l’objet. Il devrait solliciter l’acquittement.

Source : Sud Ouest du 13/02/12